Guinée Ministère de la justice

Session Budgétaire

Session Budgétaire

Ce vendredi 5 octobre 2018 à 10h se tenait la cérémonie d’ouverture de la Première Session Ordinaire de l’année 2018 dite « SESSION BUDGÉTAIRE » à l’Assemblée Nationale, en présence de hautes personnalités notamment le Médiateur de la République, le Ministre Conseiller Chargé des Relations avec les Institutions Républicaines, les Représentants des Institutions Constitutionnelles, les Membres du Gouvernement, Excellence les Membres du Corps Diplomatique et Consulaire, les Représentants des Institutions Internationales, les Chef d’Etats Major, entre autres, et bien entendu les Honorables Députés.

Voici un extrait du discours :

 » (…) Honorables députés, Distingués invités, Mesdames, Messieurs,

Cette session s’ouvre dans un contexte qui a été précédé, un mois plutôt, d’un débat d’orientation budgétaire et de l’adoption de la Loi de Finances Rectificative 2018. Face aux innombrables défis, l’Assemblée Nationale encourage le Gouvernement dans les efforts qu’il a entrepris pour améliorer le fonctionnement de nos Institutions suite à nos recommandations issues de ce débat et de celles précédemment faites au cours des travaux en commissions et en plénières par la Représentation Nationale.

La session s’ouvre également dans un contexte d’élections passées et à venir, et qui va très certainement enregistrer, sous peu de temps, l’installation des conseillers municipaux.

Le contexte est, enfin, dominé par un climat d’incompréhension dans lequel nous baignons actuellement, chose qui peut compromettre l’avenir de nos enfants et le devenir de notre Nation.

Dans la perspective des échéances électorales prochaines, j’invite du Haut de cette tribune, tous les acteurs politiques à jouer le rôle majeur, qui est le leur, pour la consolidation du tissu social et l’ épanouissement de notre jeune démocratie

C’est le lieu de saluer les acteurs de toutes obédiences politiques pour leur implication, à travers ce comité de suivi, dans la conduite apaisée du processus électoral. Qu’ils en soient tous remerciés. (…)

Les Chiffres sont suffisamment illustratifs pour mettre en exergue ces efforts fournis par le gouvernement dans le but d’améliorer le cadre macro-économique et d’amorcer la marche vers le développement économique et social.
(…)
Le produit intérieur brut (PIB) qui était de 43.387 milliards de GNF en 2014 a connu une tendance progressive qui a atteint, en 2018, 99.558 milliards de GNF.

On constate enfin que le taux de croissance qui était de 4.5% en 2014 passe à 6% en 2018 (malgré la mise en berne de deux ans), ce qui a permis au solde de passer de – 1.424 milliards GNF en 2014, à + 929 milliards en 2018.

Ce constat chiffré justifie l’effort budgétaire significatif que chacun de nous doit louer pour être honnête et patriote.

Au cours du débat d’orientation budgétaire, j’avais encouragé l’exécutif à prendre en compte les recommandations du secteur privé et de la société civile pour mobiliser beaucoup plus de recettes publiques afin de doter l’état de suffisamment de ressources intérieures nécessaires pour faire face aux besoins de financement du Trésor dans le cadre de son fonctionnement et du financement des investissements publics.

Dans le cadre précis de la gouvernance et de la transparence financière, notre Institution ne cesse d’interpeller le gouvernement sur la nécessité de produire les projets de loi de Règlement pour permettre une meilleure lisibilité des autorisations légales de recettes et de dépenses.

Dans le même élan, en ce qui concerne la fonction de contrôle de l’action gouvernementale prévue par la Constitution et conférée à l’Assemblée Nationale, celle-ci prendra des initiatives au cours de la présente session pour mettre en place des commissions d’information parlementaire et, au besoin, des commissions d’enquête, à l’effet d’évaluer nos régies et autres structures financières pour les amener à respecter les normes idoines prévues par la Loi sur la gouvernance financière des établissements publics.

Il est temps que nous agissions ensemble pour garantir à nos compatriotes le progrès social auquel ils aspirent en privilégiant le travail pour créer la richesse, ce qui n’est possible qu’en se débarrassant de ces habitudes de facilité, de violence et d’invectives dont souffre la société Guinéenne.

Nos divergences politiques ne doivent pas nous faire perdre de vue l’essentiel de notre combat contre les nombreux défis auxquels le peuple est confronté. Chacun de nous a quelque niveau administratif ou politique qu’il soit doit se considérer comme une variable de progrès et de salut et fonctionner comme tel pour un meilleur vivre ensemble.

Rien ne doit nous distraire pour affronter ces grands défis auxquels est confronté notre pays, tels que le manque d’emplois pour les jeunes, la lutte contre la pauvreté, l’accès aux services sociaux de base, le faible niveau de développement des infrastructures etc. À cet égard, il convient, chers collègues de féliciter le Gouvernement qui est entrain de déployer d’importants efforts pour y faire face.

Notre pays qui puise son inspiration de son histoire et qui se construit brique par brique avec l’ardeur et la motivation de ses fils et filles, doit rejeter toutes les prises de positions subjectives qui ne rassemblent pas, qui menacent l’unité nationale et la stabilité du pays.

Pour ce faire, il nous faut assumer pleinement nos idées avec responsabilité dans le sens du changement qualitatif, sans renier les valeurs profondes qui fondent notre identité.

Je souhaite que ce soit seulement le souci de l’intérêt supérieur de notre pays qui guide nos efforts pour bâtit collectivement une nation forte, prospère et démocratique.  »

C’est sur ces mots que Son Excellence Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, Honorable Claude Kory Kondiano a déclaré ouverts les travaux de la Session Budgétaire pour l’examen et l’adoption de la Loi de Finances Initiale 2019.

——–
Vous pouvez également retrouver les temps forts de cette cérémonie sur le compte Twitter officiel du Ministère de la Justice @minjusticegn